(Tel Aviv, mercredi 1er mai 2019) – Moshe Kantor, Président du Congrès Juif Européen (EJC), a fait état d’une augmentation de toutes les formes d’antisémitisme dans le cadre de la publication du Rapport Annuel sur l’antisémitisme dans le monde en 2018 par le Centre Kantor de l’université de Tel Aviv.

« Si je devais résumer en une phrase la situation concernant l’antisémitisme en 2018 et au début de l’année 2019, je dirais qu’il y a une montée du sentiment d’urgence au sein des communautés juives dans de nombreux pays de par le monde». M. Kantor a ajouté que : « l’antisémitisme a récemment progressé au point de remettre en question la continuité même de la vie juive dans un grand nombre de pays. Comme la deuxième tuerie de masse dans une synagogue aux États-Unis nous le rappelle, de multiples régions du monde autrefois considérées comme sûres ne le sont plus ».

« De plus, comme en témoigne la caricature honteuse récemment parue dans le New York Times, l’antisémitisme est entré graduellement dans le discours public. Les menaces, le harcèlement et les insultes sont devenus plus violents, incitant à davantage de violence physique à l’encontre des Juifs. La quasi-totalité des tabous concernant les Juifs, le Judaïsme ou la vie Juive semblent avoir été brisés ».

En 2018, nous avons observé le plus grand nombre d’assassinats de Juifs en une seule année depuis plusieurs décennies.

Le nombre des incidents violents les plus graves recensés mondialement par le Centre Kantor est proche de 400 – ce qui représente une augmentation de 13% par rapport à l’année précédente.

C’est dans les pays de l’Europe de l’Ouest que la situation est la plus préoccupante. Notamment en Allemagne où l’augmentation atteint 70% en ce qui concerne les actes antisémites violents.

Les pays ayant le plus grand nombre de cas violents sont les Etats-Unis (plus de 100), le Royaume-Uni (68) la France et l’Allemagne (35 respectivement) et le Canada, où 20 cas d’incidents violents envers les Juifs ont été rapportés.

D’après Moshe Kantor, « il est maintenant clair que l’antisémitisme ne se limite plus au triangle de l’extrême-gauche, de l’extrême-droite et du radicalisme islamique. Il s’est généralisé et est souvent accepté par la société civile. » M. Kantor conclut : « L’antisémitisme représente un danger avéré non seulement pour les Juifs mais pour la société dans son ensemble ». Il est le dénominateur commun qui unit les extrêmes du spectre politique. Avec l’affaiblissement du centre politique, ces mouvements et groupes extrémistes tentent d’accéder au pouvoir en attaquant les fondations de nos sociétés démocratiques ».

Cliquez ici pour lire le rapport Rapport Annuel sur l’antisémitisme dans le monde en 2018 (ENG)